Se chausser pour l’escalade

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

En matière d’escalade, l’importance des points d’appuis n’est plus à décrire : c’est là le cœur même de la discipline. Les mains et les pieds sont les outils primordiaux du grimpeur, les instruments de son art. Or, malgré la performance naturelle de ces membres biologiques, un petit coup de pouce n’est pas de refus : c’est justement pour cela qu’a émergé pléthore d’équipements sportifs pour améliorer les capacités humaines.

Les chaussons d’escalade sont une illustration parfaite de l’équipement utile et pensé pour son efficacité première. En choisir un est tâche délicate, que l’on soit expert ou débutant, toutefois on peut s’en sortir avec quelques tuyaux.

Tout d’abord, précisons qu’il existe trois types de formes de chaussons d’escalade. La première, destinée au loisir et à la pratique occasionnelle : la “spatulée”. Elle est parfaite pour débuter. La seconde, plus technique et de forme plus plate à l’avant du pied, est destinée à un niveau intermédiaire permettant déjà une pratique plus sportive de l’escalade. Enfin, la dernière, privilégiée par les experts, est de forme “plongeante et griffée”. Sa forme asymétrique permet de centrer la préhensibilité sur le gros orteil et de concentrer la poussée sur une petite surface.

Ces trois formes se déclinent à leur tour en trois versions, en fonction de leur manière de tenir le pied. Il y a les chaussons à lacets, les chaussons à attaches velcro et les ballerines, n’ayant ni lacets ni velcro. L’étroitesse des chaussons est directement liée à la tenue du pied : une ballerine sera ainsi beaucoup plus serrée puisqu’il n’y a pas de moyen d’ajuster le serrage. Une personne avisée notera que le laçage descend plus bas vers les orteils et favorise certains ajustements en fonction de l’usage. Quoi qu’il en soit, l’axe du pied doit toujours demeurer droit.

On retiendra que serrer le pied au maximum (un peu de douceur avec vous-même cela dit…) augmente l’accroche sur de petites prises. Cela représente un avantage indéniable durant l’escalade : la précision de la pointe augmente en proportion et assiste grandement le grimpeur au moment de pousser pour monter à la prise suivante.

Il est bon également de se rappeler que les anatomies respectives du pied féminin et masculin diffèrent, notamment au niveau du talon. Inutile en conséquent de chercher un modèle unisexe : l’efficacité sera la même qu’importe votre genre.

Enfin, la question des matériaux se pose. L’ensemble des fabricants, notamment Millet, privilégie les matières naturelles, dont les avantages sont indiscutables pour la résistance, l’imperméabilité et la respirabilité conférées au chausson d’escalade. La qualité du rembourrage est, à ce titre, un élément révélateur de l’attention du fabricant sur ce point.

Du point de vue des bonus, on peut opter pour des renforts de caoutchouc sur les côtés des chaussons, qui seront d’une grande aide dans les passages difficiles pour bénéficier d’autres appuis. Un talon cranté achèvera de compléter le potentiel des chaussons.


Avec tous ces éléments à disposition, vous êtes désormais en pleine possession du savoir nécessaire au choix de vos chaussons d’escalade. Bonne grimpe !

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »